Le malentendant, élu meilleur voisin de l’année

Le malentendant, élu meilleur voisin de l’année

Et oui je le dis et je le répète : être malentendant donne des avantages. Je vais même aller plus loin : être malentendant vous donne des qualités très appréciées par le reste du monde. A commencer par ses voisins !

Aujourd’hui, je vais vous parler du titre que je me suis auto-décernée :

 » Meilleure voisine de l’année »

Et ce n’est pas une médaille sans rien derrière. Vivre avec un voisin malentendant c’est la clé d’une « entente » (ah ah ah) cordiale et sereine. Voyez un peu : 

  • Tondeuse, tronçonneuse et autres engins électriques : avec un voisin malentendant, vous pouvez vous en donner à cœur joie.

Mon voisin paysagiste me croisant y a quelques jours : « Désolé pour le bruit hein, je devais tailler les haies, c’était un peu bruyant … »

Moi, sourire aux lèvres « Oh tu sais moi le bruit .. »

Lui, aux anges : « Ah ben oui c’est vrai !! T’entends pas ! »

  • Démarchage à domicile : pour le malentendant pas de risque de se faire avoir 

Quand on sonne à ma porte, j’ai potentiellement une chance sur trois d’entendre la sonnerie. J’ai beau m’équiper de systèmes sophistiqués, je loupe toujours une ou deux visites. Et quand il s’agit de vendeurs itinérants, autant vous dire que j’en suis bien contente. 

Le toujours même voisin :  » T’as pas eu la visite du type qui voulait nettoyer ton toit ? « 

Moi, surprise :  » Ah non, il a pas du venir chez moi »

Le voisin : « Si si je l’ai vu frapper chez toi mais j’ai bien vu que tu venais pas ouvrir, t’as pas du entendre » 

  •  Fête de famille ou entre amis : « Vas-y chauffe Marcel chauffe »

Là encore, la musique ou les conversations des personnes rassemblées sur une terrasse, dans un jardin, même si je capte un bruit de fond, je dois avouer que je ne suis pas plus gênée que ça. Et ce, jusqu’au bout de la nuit, comme je ne porte pas mes appareils la nuit. Aucun risque d’être dérangée. Mon mari par contre …

Conversation au réveil entre lui (qui entend bien) et moi. 

Moi :  » Bien dormi? »

Lui : « Mgrrr… non… Les voisins sont restés tard sur leur terrasse. Avec la fenêtre ouverte, j’entendais tout. Y compris le chien qui s’est mis à aboyer à 2h du mat’. Il t’a pas réveillé toi ? … Ah ben non… c’est sur .. »

moi… qui ne dit rien, tant sa capacité à presque oublier mon handicap auditif me fait fondre d’amouuuuuuur pour lui. 

 

Voisin bruyant ? Déménage près d’un malentendant !

Alors bien entendu, j’adorerais que tout ne soit que plaisir et volupté à l’idée d’être malentendant. Mais avant de déménager à côté d’un ou d’une malentendant, assurez-vous de 2 ou 3  petites choses pour que la vie se passe sans heurts : 

N’oubliez pas d’être respectueux. Ce n’est pas parce qu’il n’entend pas ou mal, qu’il faut pousser la musique à fond et faire la bringue tous les week-ends. Il se pourrait que le ou la malentendant(e) partage sa vie avec une personne qui, elle, entend bien.

Alors du respect et du civisme pour faire bon ménage avec votre voisinage 

Découvrez d’autres articles sur  » Je suis malentendant »

Le malentendant élu meilleur voisin de l'année

Le malentendant, élu meilleur voisin de l’année

Et oui je le dis et je le répète : être malentendant donne des avantages. Je vais même aller plus loin :...
les kiffs des malentendants-2

Ces kiffs que seuls les malentendants peuvent vivre

La vie d’un malentendant n’est pas toujours simple. Tenter de comprendre dans le bruit, sans avoir...
Parent malentendant ces situations entendants-2

Parent malentendant : ces situations que les entendants nous envient

Être malentendant et avoir des enfants, n’est pas forcément synonyme de fatalité. Bien au contraire… Voici...
Ces kiffs que seuls les malentendants peuvent vivre

Ces kiffs que seuls les malentendants peuvent vivre

La vie d’un malentendant n’est pas toujours simple. Tenter de comprendre dans le bruit, sans avoir l’interlocuteur en face de soi. Faire répéter, une fois, deux fois et répondre au hasard parce qu’au bout de trois fois on sent que ça dérange… Et bien sachez, les entendants, que nous avons notre revanche ! Et oui, vous ne savez pas le bonheur de ces délicieux petits moments que seuls les malentendants ont la chance de vivre. Car oui, être malentendant avec des appareils auditifs, des fois c’est du bonheur.

Voici une petite sélection des meilleurs moments de la journée des abonnés de la page Facebook “ Je suis malentendant”. Franchement vous allez avoir envie de devenir malentendant.

“ Et je coupe le son …”

Les malentendants? Des Philippe Katerine en puissance.

Annie “ Dans les transports je coupe le son… “

“ Quand j’écoute ou regarde une série en m’isolant du son environnant … Quand les enfants font un boucan pas possible je me mets en mode « confort. Au bureau (en open Space) quand y a trop de bruit… Ou quand je ne veux pas entendre certaines personnes 😂 Il faut bien avoir des avantages dans notre handicap ! 😊 »

Marie Emilie : “ … il paraît que le chien de mon voisin aboie…”

Irène : “ Je viens de sortir de 4 jours d’hospitalisation. J’ai apprécié de pouvoir dormir au calme et même la journée ! Mais cela fait drôle quand-même lorsqu’en se réveillant on constate que les poches de perfusion avaient été remplacées sans qu’on se rende compte de rien 😀”

Angélique : “ Se faire coiffer oklm”

Aller chez le coiffeur et enlever mes appareils pour le shampoing,

Le monde du silence …

Jacques Mayol devait nourrir le secret espoir de devenir un jour, malentendant …

Métro boulot, les appareils au dodo !

Frédéric : “ En fin d’après-midi, lorsque je rentre du boulot, je retire mes appareils immédiatement en arrivant à la maison. Le mot «soulagement » est insuffisant pour décrire ce moment là.”

Carole : “Quand je suis seule avec mon bouquin j’enlève tout quel délice ! “

Philippe : “ A la fin de ma journée de travail, mon plaisir est d’enlever mes deux implants cochléaires pour me retrouver sourd et me ressourcer dans un silence bienvenu…”

Sabine : “ Quand je suis chez moi, seule aussi. Au calme, la seule façon de me ressourcer 😇 “

Céline: “ Pareil après une longue journée…que c’est reposant de retrouver le silence 🙂”

Samia : “ Le soulagement en fin de journée après le travail, la cohue…!”

 

“ Jamais sans mes appareils “

Pour autant d’avantages, vous êtes quand même nombreux à ne pas pouvoir imaginer vous passer de vos appareils auditifs. Et je vous comprends, certains “sons” méritent d’être entendus.

Sandrine et sa baguette magique pour rétablir la paix dans le foyer

Sandrine : “ Impossible pour moi de rester sans mes appareils. J’ai besoin d’entendre mais….quand mes enfants se chipotent, que ça dure et qu’ils ne se calment pas , ils me voient ouvrir les compartiments des piles et là… le silence !!! Bizarrement, ils me regardent avec des yeux comme des billes et ils arrêtent de se disputer et me demandent de les remettre 😁 “

 

Val, ses aides auditives et sa pipelette de 4 ans

Val :” Moi pour rien au monde je quitterai mes aides auditives juste pour entendre ma fille de 4 ans parler, rire, chanter ( des fois, j’avoue que je les enlèverai parce que bon voilà elle parle beaucoup 😁)”

Blu Angelo, contre l’angoisse de la nuit : son appareil auditif et son chien

“ La journée toute seule chez moi, j’ai besoin de mes appareils, car j’ai peur 😱
Peur de quoi ? Je ne sais pas, la machine à laver qui ferait un bruit anormal, une personne qui essaierait d’ouvrir la porte, … Le pire, c’est la nuit lorsque mon mari part en déplacement pour le travail (rarement ouf) je passe le nuit avec mon appareil et mon chien sur le lit 😃bref une vrai trouillarde ! Par contre deux plaisirs : lorsque je suis en courses et que des gamins hurlent dans le magasin je coupe tout ! Le soir lorsqu’il y a rien à la TV, Mr regarde une vidéo et moi j’enlève mes deux appareils parfois des acouphènes mais je fais avec…”

A toi l’entendant, condamné au bruit perpétuel, soumis aux pleurs incessants des enfants dans les transports …

Je te vois derrière ton écran, toi, l’entendant. Celui pour qui le bruit ne sera jamais une option. Je la vois la larme envieuse qui dévale la joue de celui qui, à la lecture de cet article, réalise qu’il subira toujours les pleurs d’enfants dans le wagon bondé en partance pour 4h de trajet….

Je vous vois et je vous comprends. Là venez, apaisez-vous. En continuant à écouter la musique bien fort avec des écouteurs, sans laisser vos oreilles le temps de se reposer, bientôt, vous ferez votre entrée dans notre belle communauté.

 

 

Parent malentendant : ces situations que les entendants nous envient

Parent malentendant : ces situations que les entendants nous envient

Être malentendant et avoir des enfants, n’est pas forcément synonyme de fatalité. Bien au contraire… Voici 2 situations que les parents entendants (mon mari le premier) nous envient…

(Et en bonus les “astuces” de mon mari pour me partager ses nuits d’entendant. Et oui j’aime partager).

La nuit, aucun risque d’être réveillé par les pleurs, cauchemars et autres toux d’enfants

Et oui la nuit, comme tout malentendant, j’enlève mes appareils auditifs et je plonge dans une atmosphère propice à un sommeil profond et réparateur.

Silence et bruits étouffés.

Je suis bien …

Quand ils sont suffisamment grands, on peut se dispenser des systèmes de flash et de vibration. En tout cas, quand mon conjoint m’a proposé de nous en dispenser je n’ai pas dit non. Depuis, mon sommeil est paisible sans perturbations nocturnes du type cris, pleurs ou toux.

Enfin paisible…

C’est sans compter sur mon mari. Cet être soucieux de ne pas laisser place à l’isolement que le handicap peut créer…

Vous vivez avec un conjoint malentendant et ne savez pas comment lui faire partager le rythme trépidant que vos enfants vous imposent ?

Voici les 4 astuces imparables de mon mari pour me réveiller à coup sûr :

Allumer MA lampe de chevet alors qu’il a la sienne

Jouer du coude, du pied ou du genou pour me toucher sans le vouloir

« ah pardon j’ai pas vu que tu étais si près, j’allais me lever le petit pleure … »

Une variante ? La couette qu’il rabat sur moi pour sortir du lit

L’imparable ? Allumer la lumière du couloir qui donne pile sur mon oreiller quand la porte est ouverte …

Le bonus “ Culpabilité incluse” ?

Après m’avoir secoué plusieurs fois le bras, il me pose la fameuse question :

« Psst, t’es réveillée ? Désolé mais tu lui as donné du doliprane à quelle heure ? Ah pardon c’est vrai c’est moi qui lui ai donné tu peux te rendormir …. »

Oui …

Bon …

Me rendormir alors qu’il me fait comprendre que notre enfant est malade et que c’est lui qui gère les soins…

Bref fin de nuit pour moi 🙂

Sous la douche, le parent malentendant savoure le silence et la sérénité

Et oui l’autre moment où j’enlève mes appareils, c’est lorsque je file prendre ma douche.
Enfin, je file … dans la salle de bain. Mais pour la douche, je prends mon temps.

Imaginez … Vous vous dirigez vers la salle de bain.
Sur votre passage, deux turbulences :
L’une ne trouve pas son “ puuuuuuUUUUUUuuul”
L’autre ne “ veut paaAAAAaas aller à l’écoOOOOOooole”.

Vous passez le seuil de la salle de bain et avec un brin de compassion pour votre conjoint entendant, vous fermez la porte.

Là, seule, les hurlements des enfants vous parviennent encore, mais vous ne ressentez aucune angoisse.

Puisque dans :

3 …
2…
1…

**silence**

Vous voilà enfin dans votre cocon, votre bulle… Place maintenant au bien être, au délicat filet d’eau chaude ruisselant sur votre peau, le doux parfum du shampoing moussant sur vos cheveux, …

**POUM POUM**

 

“ OOONN .. EN … TAAAAARRRRRRD”

Ah bon je me suis peut être laissée aller à trop de sérénité et j’ai laissé le temps passer.

Vite je me rechausse de mes appareils et la connexion avec le monde réel se fait INSTANTANÉMENT.

“ MMMAaaaaammaaaan” hurle l’enfant habitué à hausser le ton pour se faire entendre de sa maman, quand celle-ci ne souhaite pas entendre…

Futur parent ? Préparez l’arrivée de votre bébé en toute serénité en découvrant mes conseils

Vous l’aurez vu la vie d’un malentendant est semée de moments de jouissance pure, des instants jalousés par les entendants, à l’oreille extra fine. Je ne dirais qu’un mot :
Profitons mes amis aux oreilles cassées

PROFITONS !

Comment séduire un(e) malentendant(e) ?

Comment séduire un(e) malentendant(e) ?

Ah la Saint-Valentin, l’occasion de célébrer votre amoureuse ou amoureux.  Si vous avez la chance de vivre avec une personne malentendante, vous savez que ça ne manque pas de piment. Si au contraire, vous rêvez de partager le quotidien palpitant d’un(e) malentendant(e), vous devez commencer par la ou le séduire. Voici 4 conseils pour réussir le casting de « L’amour est dans l’oreille ».

1 – Tes lèvres toujours, tu montreras

Même si les appareils auditifs ont fait beaucoup de progrès, les malentendants utilisent souvent, voire toujours, la lecture labiale (lire sur les lèvres).

Assurez-vous de toujours parler face au malentendant. Évitez tout obstacle entre ses yeux et vos lèvres : main, écharpe, moustache (oui le malentendant n’aime pas l’abondance de pilosité faciale), papier ( évitez de refaire le coup de la pub « vos dents sont tâchées par le tabac ? Vite essayez Denivit» ),…

Dans la panoplie des techniques de drague, évitez celle de l’homme ou la femme mystérieuse, qui répond du bout des lèvres, cigarette au bec en marmonnant une réponse indistincte. Vous risquez de vous retrouver bien seul, vous et votre mystère…

Pour communiquer avec un malentendant, parlez-lui en face et franchement.

Évitez de cacher vos lèvres
( Vous ne connaissez pas cette pub? Bravo vous avez moins de 30 ans !)

Par conséquent, méfiez-vous de la mauvaise interprétation du regard de la personne malentendante. « Elle regarde mes lèvres, je peux foncer pour l’embrasser », vous risquez au mieux le verre d’eau dans la figure, au pire un revers.

2 – De l’humour fin tu utiliseras

Quoi de plus tentant que de surprendre un malentendant en surgissant dans une pièce sans faire de bruit ? Oui, ça vous tente ? Alors vous avez le sens de l’humour d’un enfant de 3 ans (certitude vérifiée par l’auteure de cet article).

Comme tout être humain, le ou la malentendant(e) aime l’humour, mais l’humour fin, recherché,…

Évitez donc les blagues faciles comme citées ci-dessus. Évitez le « Hein? Comment ? Qu’est-ce que t’as dit ? » quand le malentendant vous explique qu’il n’entend pas bien. Non, ça n’est pas drôle.

Lorsque vous devez répéter une phrase, un mot qu’il n’a pas compris, répétez-le normalement. N’exagérez pas l’articulation, ni le volume sonore de votre voix.

Faites de vraies phrases, pas la peine de faire du « petit nègre ».

Malentendant signifie qui entend mal et non problème mental.

Archibald Haddock, la finesse du vieux loup de mer …

Découvrez le témoignage de Juliette, malentendante épanouie

Lire le témoignage

3 – L’environnement sonore tu vérifieras

Pour être sûr de capter toute l’attention d’un(e) séduisant(e) malentendant(e), assurez-vous que les conditions extérieures soient optimales.

Évitez les restaurants bondés avec un volume sonore élevé, la conversation sera laborieuse.

Évitez, pour la raison évoquée en numéro 1, le restaurant à la mode «  dans le noir »… Les boîtes de nuit, le cinéma, sont rarement des lieux privilégiés pour déclarer sa flamme…

De même, lui faire écouter une chanson pour lui faire comprendre votre intérêt pour lui ou elle, risque de faire un flop.

« Toi plus moi, plus tout ce qui ninnin, tadin tadaa » …

Pour un malentendant, une chanson à texte, sans voir le texte, c’est du yaourt.

« Sinon je voulais te dire… »

 » Quoi? j’ai un Gipsy King dans l’oreille! »

4 – Avec délicatesse tu te rapprocheras

Le moment venu, vous aurez envie de vous rapprocher physiquement du ou de la malentendant(e) et c’est bien normal. Le ou la malentendant(e) est irrésistible.

Contrairement à François CLUZET dans « ‘Intouchables », évitez les caresses sur les oreilles. Vous risquez de provoquer un larsen de l’appareil (hyper glamour), voire de boucher le micro de l’appareil.

Bien entendu, ne chuchotez pas à l’oreille d’un malentendant. Vous n’êtes pas Robert REDFORD et le malentendant n’est pas un cheval. L’élu(e) passera complètement à côté de ce que vous lui raconterez. Cela pourra donner lieu à des situations cocasses /

– Tu es très belle …

– Qui t’appelle ?

Loin d’être propice à la séduction….

Eviter d’approcher vos mains des oreilles de votre malentendant préféré… 
Ça va siffler ..

En résumé, le malentendant, être désirable et convoité, ne se laisse pas séduire si facilement.

Muni(e) de tous ces précieux conseils, vous allez pouvoir vous lancer vers la conquête du Graal (oui le malentendant est modeste également).

Ne me remerciez pas, je vous en prie, c’est bien normal.

Malentendants, tous les mêmes ?

Malentendants, tous les mêmes ?

6 millions de malentendants.

En plus d’être le titre d’une revue spécialisée  » 6 Millions de malentendants« , ce chiffre est surtout une réalité. Nous sommes 6 millions de malentendants. Pour autant, sommes-nous tous les mêmes malentendants ? Vivons-nous le même handicap ?

Depuis le lancement de ce blog en 2014, et des réseaux sociaux associés ( Facebook, Twitter, Instagram et Linkedin), je reçois des témoignages, des invitations à partager certains contenus, des questions sur des thèmes précis… Parce que je ne souhaite pas décevoir les personnes qui me sollicitent, il me paraît important de préciser avec quel type de handicap auditif je vis. Non pas pour exclure ou sélectionner une partie de ces 6 millions de malentendants. Mais bien pour offrir une vision plus claire de ce que je peux vous apporter.

Être malentendant, ça veut dire quoi ?

D’après Wikipédia, la surdité est “ une baisse de l’audition plus ou moins grave” dont “le niveau global de surdité est calculé sur l’oreille qui entend le mieux”.
Calculée en décibels de perte auditive, elle se définit comme suit :

Les degrés de surdité

Malentendants tous les mêmes

La surdité est classée par degré :

  • La surdité légère : de 20 à 39 décibels de perte auditive. La personne fait répéter son interlocuteur dès la perte de 30 décibels, sur les sons aigus.
  • La surdité moyenne : de 40 à 69 décibels de perte auditive. Le niveau de 40 décibels est le premier niveau majeur de handicap. En effet, la personne ne comprend que si son interlocuteur élève la voix.
  • La surdité sévère : de 70 à 89 décibels de perte auditive
  • La surdité profonde : de plus de 90 décibels de perte auditive. La personne n’entend plus du tout la parole.

Sources: Améli / Perte acuité auditive

A chaque handicap, son adaptation

A chaque degré de surdité, son handicap. Et à chaque handicap, sa stratégie pour s’y adapter :

Que ce soit, de choisir un équipement auditif :

  • Porter des appareils auditifs
  • Se faire poser un implant cochléaire
  • Décider de vivre sans prothèse auditive

De s’initier à un mode de communication :

  • La lecture labiale : apprendre à lire sur les lèvres
  • La langue française parlée complétée ou langage parlé complété
  • La langue des signes

L’adaptation à son handicap auditif est un cheminement personnel et intime, qui ne doit en aucun cas faire l’objet d’un jugement. En matière d’audition comme ailleurs, chacun fait comme il veut, selon son propre ressenti.

Alors pourquoi je vous explique tout ça? Et bien déjà parce que c’est intéressant non?

Je souhaite aussi vous partager ma propre adaptation au handicap auditif. Et de ma manière de vivre le handicap auditif, en découle le fil conducteur de ce blog. Autrement dit, vous dire de quoi j’aime parler ici et sur les réseaux sociaux.

Moi, Angélique, surdité bilatérale moyenne de 60 dB

Ma perte a été progressive jusqu’à atteindre un niveau où la communication sans appareil est devenue impossible. Ce déclic pour l’appareillage j’en ai déjà parlé sur ce blog. Depuis 20 ans, je suis appareillée en intra auriculaire. Une forme d’appareils très discrète et qui est suffisamment puissante pour moi. Étant (relativement) jeune, la manipulation de ces petits appareils est encore facile pour moi.

Avec mes appareils auditifs, j’entends presque normalement

Ma perte nécessite que je porte des appareils auditifs sur les deux oreilles. Lorsque je les porte, j’ai une audition quasi-normale. Mon entourage me fait fréquemment la remarque “ j’oublie tout le temps que tu n’entends pas”. Ils en (re)prennent conscience en apercevant mes appareils ou quand je fais répéter en précisant que je suis malentendante.

Il m’est même parfois arrivé d’entendre mieux que les normo-entendants, notamment dans une conversation dans le bruit, au restaurant. Mais mon audition évolue et les appareils auditifs vieillissent. Je n’entends pas toujours parfaitement.

J’ai bien dit, j’entends PRESQUE normalement

Malgré plusieurs réglages, il reste des situations qui me sont toujours difficiles :

  • Quand une personne me parle alors qu’elle se trouve dans la pièce d’à côté

  • Quand quelqu’un se penche vers mon oreille pour me chuchoter quelque chose

  • Quand on me parle en masquant ses lèvres

  • Au restaurant ou dans n’importe quelle ambiance où se mêlent les bruits, la musique aux conversations.

C’est dans ces cas-là que je vis le plus mal mon handicap auditif. Optimiste par nature, je me dis que ce que je loupe est rarement intéressant. Celles et ceux qui me connaissent savent comment s’y prendre pour s’assurer que j’entende bien ce qu’ils ont à me dire.

Mon mari, par exemple, maîtrise parfaitement le coup de coude nocturne pour me faire comprendre qu’un de nos enfants me réclame dans son lit. Oui, mon mari sait reconnaître aux pleurs de nos enfants, que c’est moi qu’ils réclament. C’est d’ailleurs toujours moi qu’ils réclament. Etonnant non?

(Bon pour la paix de mon ménage je suis obligée d’avouer que c’est faux, c’est souvent lui qui se lève, mais pas tout le temps).

source GIPHY

Pourquoi expliquer tout ça ?

Au fil de mes échanges sur le blog et sur les réseaux sociaux, j’ai reçu beaucoup de demandes à propos de l’implant cochléaire notamment. Je suis également interpellée à chaque fois qu’on parle de langue des signes. Je suis touchée de voir que les internautes aiment échanger avec moi là dessus. Mais je suis aussi mal à l’aise.Tout simplement, parce que ce sont des domaines que je ne connais pas. J’y suis sensible, c’est certain. Je dirais même que chaque récit d’implantation et d’activation de l’implant cochléaire, me fascine. La langue des signes, la langue parlée complétée sont magnifiques. Mais je ne pratique ni l’une, ni l’autre. Je n’en ai pas l’utilité.

Ne pas frustrer les autres sourds

Si je tiens à préciser tout cela, c’est tout simplement pour éviter de décevoir et de frustrer les malentendants atteints d’une surdité profonde notamment. Toutes les personnes souffrant d’autres types de surdité, qui sont à la recherche d’informations sur les modes de communication comme la LSF ou le LPC, ne trouveront pas ici de quoi les satisfaire. Du soutien oui vous trouverez toujours. Mais pas de partage d’expérience, des témoignages sur ces sujets … Pourquoi pas ? Parce que d’autres le font mieux que moi, tout simplement parce qu’ils sont concernés.

Alors pourquoi créer un blog appelé “ Je suis malentendant” ? Parce que je le suis.

Pourquoi ce blog “ Je suis malentendant”?

J’ai crée ce blog pour plusieurs raisons.

Partager ma vision dédramatisée du handicap auditif

Ce qui m’a poussé à créer ce blog, c’est l’envie de partager ma vision optimiste du handicap auditif. Je dis bien optimiste et pas naïve. J’ai côtoyé d’autres malentendants avant et après appareillage, pendant mes près de 10 années d’assistante audioprothésiste. Je sais à quel point le fait de pouvoir partager son ressenti avec quelqu’un qui est passé par les mêmes étapes, fait du bien. Je pense qu’être appareillée et complètement décomplexée par rapport à ça, aide les autres malentendants. Et c’est cette vision que je souhaite véhiculée dans ce blog.

Créer une communauté que je n’ai pas trouvé par ailleurs

Si la communauté des sourds profonds, utilisant la langue des signes, s’est emparée du web avec tout l’enthousiasme et la joie de vivre qu’on leur connaît – je pense notamment à l’adorable Monsieur Wild et aux pimpantes “ Titi et Lulu”- je n’ai pas réussi à identifier de blogs, de chaînes you tube etc… lancés par des malentendants “ comme moi”. Autrement dit, celles et ceux atteints d’une surdité légère ou moyenne et qui entendent presque normalement. Peut-être ai-je mal cherché ? Peut-être cette communauté n’a pas éprouvé le besoin de s’exprimer ? Du coup, comme on est jamais mieux servi que par soi-même j’ai décidé en 2014 de lancer ce blog. Pour parler de ce que j’ai vécu, ce que je vis au quotidien avec mon propre handicap auditif.

Ce que vous trouvez ou pas sur ce blog

Et c’est parce que je partage mon expérience, mon quotidien avec mon handicap et mes appareils auditifs, que vous retrouvez des articles sur la vie d’une malentendante avec une surdité moyenne. Je relaye les informations, présente les actualités de l’audioprothèse pour cette typologie de surdité.

Autrement dit, parce que je ne le vis pas au quotidien, je ne me sens pas capable de parler de la langue des signes, du langage parlé complété, de l’implant cochléaire, de la surdité infantile, de la surdité profonde… Ces sujets ne sont pas évoqués sur ce blog. Sauf coup de coeur de ma part pour une histoire que je trouve inspirante, émouvante et optimiste. C’est aussi parce que d’autres le font très bien.

Bien entendu, si vous recherchez un relais d’information, de mobilisation, je suis prête à diffuser votre message sur les comptes sociaux liés au blog. Je me laisse bien entendu la liberté de décider ou non de la diffusion de votre message. Je peux également vous fournir les liens vers les bonnes sources d’informations.

Exercer mon métier de rédactrice web


Une autre de mes motivations à lancer ce blog, était de trouver “un terrain de jeu” pour pratiquer ce qui allait être mon futur métier : la rédaction pour le web. Je me suis depuis installée en indépendante. Si vous voulez en savoir plus sur cette partie de ma vie, venez visiter mon site professionnel : www.desmotspourleweb.fr 

 

Je tiens à préciser tout ceci pour que chacun y trouve son compte et partage dans la bienveillance et le respect. Je ne ferme aucune porte. Je montre juste ce que je vous propose derrière la mienne. 🙂

N’hésitez pas à commenter si vous vous reconnaissez ou pas dans ce portrait.

Etre malentendant : 10 bonnes raisons de s’en réjouir !

Etre malentendant : 10 bonnes raisons de s’en réjouir !

Parce que oui clairement, être malentendant.e a des avantages ! Certains nous sont même enviés par les normo-entendants. Alors ne nous privons pas pour les apprécier. Voire même d’en abuser. Voyez un peu.

1 – Le malentendant, ce conjoint idéal

 » Mon mari ronfle j’en peux plus !  »
 » Le mien aussi mais moi ça ne me dérange pas… ».

Au moment où vous prononcerez cette phrase, appréciez le regard assassin et envieux de la copine aux nuits perturbées. Et ben oui, quand on entend mal, on entend tout mal

2 – Un malentendant en retard, on l’excuse toujours !

« Excusez moi j’ai pas entendu le réveil »

Voilà une excuse rebattue et peu crédible de la part d’un élève, d’un employé qui entend bien. 
Mais qui oserait remettre en cause la sincérité du désarroi d’un ou une malentendant.e?? Vous n’êtes pas si cruel.

3 – Etre malentendant, la stratégie parfaite pour éviter certaines personnes

«  Coucou ! Hey ! Attends ! Ouhouh !…ah zut elle ne m’a pas entendu, elle est partie ! »

Arf, mince ! C’est quand même dommage d’avoir loupé Madame Michu qui venait aux nouvelles de la santé du petit, de la maman, du mari, de la voisine-la-pauvre-qui-a-perdu-son-mari.

A la prochaine ! Gniark gniark ! 

4 – Un malentendant n’oublie pas de faire ses devoirs, il n’a pas entendu c’est tout

« Je vous avais demandé de finir ce devoir pour la fin de la semaine »

« Ah bon ? Mince navrée je n’ai pas du entendre. C’est pas facile  d’être malentendant vous savez » Idem n°3.

Méfiez vous tout de même, cela risque de ne marcher qu’une fois…

5 – Jeune parent, le malentendant n’a pas de problème de sommeil

« Alors et ce nouveau-né il dort bien la nuit ? »

« Absolument ! Je ne suis jamais réveillée par ses pleurs la nuit ! ».

Mais votre conjoint, mari, voisin si….

6 – Malentendant et l’intimité, c’est quand il veut, où il veut

« Maaaamaaaaan t’es lààààààà ? » « … »

Grâce au verrou, vous voilà tranquille dans la salle de bain, seul.e… Et en plus sans vos appareils auditifs, vous n’entendez ni les cris, ni les pleurs de votre progéniture. La paix totale ! 

7 – Avec la mécanique, tout roule pour un malentendant

« Elle fait un drôle de bruit la voiture non ? »

« Ah bon ? Ah moi tu sais les bruits hein…Tu pourras aller chez le garagiste pour lui en parler mieux que moi »

Et voilà un souci en moins à régler pour vous. Mouahahaha…

8 – Les transports en commun ? Un vrai sas de décompression pour un malentendant

« Le TGV N°8748 à destination de… » Appareils auditifs : off.

Aaaah. Qui va pouvoir profiter de 3 heures de trajet dans le silence ? Pendant que d’autres devront se farcir les cris des enfants et les seniors qui râlent.

Si vous voyez un individu sourire dans le train ou dans le métro malgré le bruit, rapprochez vous et regardez ses oreilles. C’est un malentendant heureux.

9 – Impossible de spoiler avec un malentendant 

«  Et à la fin du film on découvre que… »

Appareils auditifs : off.

Héhé ! nous les spoilers on les coupe au bon moment.

10 – Le malentendant, champion des remises commerciales

 » Combien ça coûte vous m’avez dit ? »

« Parce que j’avais entendu moins la dernière fois et comme j’ai déjà préparé mon chèque. Je suis désolée j’entends pas bien »

Mieux que Groupon ou ventes-privées, le malentendant sait obtenir des remises commerciales en toute honnêteté. Ou presque.

10 bis Et puis parfois, il est bon de faire répéter 

« Je t’aime »

« Comment ? »

Ah ben oui parce que certaines phrases font plus plaisir que d’autres. Alors n’hésitez pas,  faire répéter dans certaines circonstances, ça vaut le coup.

En un mot, comme en cent : Keep Calm and Be Malentendant.